Abbaye de Fontcaude
XII ème siècle

Accueil Visite de l'Abbaye Plan d'accès et horaire Paysage histoire Manifestations Traditions Liens Chemins de Saint-Jacques

Les évenements

*cd de grégorien "Chant Grégorien des Gaules du Sud"

*journées du patrimoine 2016


Rites et Symboles de l’ Abbaye

Le CHANT GREGORIEN à FONTCAUDE

L’ acoustique tout à fait exceptionnelle de l’ église abbatiale entraîne et facilite l’ exécution du chant grégorien particulièrement adapté au lieu.

L’ ensemble OCCITANIA SACRA attaché spécialement à l’ abbaye en fait sa spécialité et son objet d’ étude.

Depuis de nombreuses années, cette formation étudie et remet à jour les pièces du chant liturgique jadis utilisé dans l’ ancienne province ecclésiastique de NARBONNE. Les résultats de ses travaux musicologiques permettent d’ interpréter l’ essentiel des chants du graduel ou de l’ antiphonaire médiéval de la Primatiale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de NARBONNE, métropole de la province. La liturgie de NARBONNE, d’ origine très ancienne, a en effet influencé la plupart des Eglises de la région. Les livres de chant ont été pour l’ essentiel patiemment reconstitués par OCCITANIA SACRA avec, notamment, l’ aide des moines bénédictins de SOLESMES et après de nombreuses recherches dans les bibliothèques et les fonds d’ archives, parfois même jusqu’ au cœur de l’ ESPAGNE. Plus de deux mille pages de chants liturgiques font désormais partie du trésor de cet ensemble. Ce vieux chant romano - franc de NARBONNE véhicula jusqu’ à une époque assez tardive quelques éléments musicaux et liturgiques issus de l’ âge antérieur aux Carolingiens et répandus dans les diocèses espagnols qui ont dépendu de la métropole narbonnaise jusqu’ au XI° s.

Ces pièces, pour la plupart inédites, sont exécutées à titre exclusivement culturel, à l’ occasion de concerts donnés sur place ou au cours de réceptions et cérémonies de confréries qui se tiennent de temps à autre à FONTCAUDE. Elles évoquent, en plein cœur de la garrigue, les mélodies qui ont porté l’ espérance des populations médiévales de ce pays pendant de nombreux siècles. Ce chant est souvent exécuté lors de l’ accueil de groupes étrangers et exprime alors la tradition languedocienne présentée à nos hôtes.

L’ orgue de l’ abbaye, offert en 1975 par un donateur qui a voulu demeurer anonyme comporte huit jeux et est utilisé pour les concerts et les grandes occasions confrériques. (facteur d’ orgues : Bertyl SOUTOUL).

Le MOBILIER LITURGIQUE

Dans cette église qui avait été transformée en grange et en dépôt de matériel agricole, une maison d’ habitation avait même été construite dans le transept nord. La patiente restitution du volume des lieux put se réaliser après leur achat négocié avec les deux propriétaires des deux moitiés de l’ église.

Depuis lors, l’ association des AMIS DE FONTCAUDE a pris le parti de redonner à cette église l’ atmosphère la plus ressemblante possible d’une collégiale de chanoines telle qu’ elle pouvait exister au Moyen - Age. Pour ce faire, on s’ est appuyé sur les éléments livrés par les archives de l’ abbaye déposées aux Archives départementales de l’ HERAULT, et en particulier, de l’ inventaire rédigé le 27 Août 1352 dont la lecture permet de se faire une idée assez précise de l’ aménagement intérieur de l’ église au milieu du XIV° s. De même s’ est-on inspiré des anciens ordinaires de NARBONNE et de l’ ordre de PREMONTRE.

Ainsi, le visiteur peut-il, à n’ importe quel moment de l’ année, découvrir l’ église telle qu’ elle pouvait être décorée en fonction des fêtes et des temps liturgiques (Carême, Temps de Pâques, fêtes du sanctoral...) .

Un tableau placé à l’ entrée de l’ église indique le calendrier quotidien de FONTCAUDE tel qu’ au Moyen - Age, et donne les explications sur le thème des célébrations traditionnelles de l’ année, le saint du jour, et le décor reconstitué selon chaque fête.

Cette disposition a été prise à titre purement pédagogique et culturel, et sans préoccupation d’ ordre religieux ou de catéchèse. Néanmoins les visiteurs ou les groupes étudiants et autres peuvent ainsi trouver des indications sur toute une culture liturgique aujourd'hui plus ou moins oubliée, et qui fait partie de la civilisation européenne qu’ il convient de ne pas ignorer si l’ on veut interpréter tout un aspect de notre histoire et de nos coutumes. Des conférences ont lieu sur ce thème de temps à autre ou sur la demande des enseignants au profit de leurs élèves.

LA PIERRERIE DE FONTCAUDE

Le 27 août 1352, les livres et les ornements de l’ église et du monastère furent inventoriés. A la fin de cet inventaire figurait une pièce particulièrement originale : “un autre anneau avec une bande en laiton contenant une pierre précieuse sur laquelle est gravée une image et de couleur rouge, ayant la propriété de préserver de l’ ivresse celui qui la porte, même s’ il vient à boire exagérément du vin (et vinum immoderate potentes sive libentes... Et predictum vinum non nocere poterit...)”.

LA FONTAINE D’ OR DE FONTCAUDE

De nos jours, l’ Association des Amis de Fontcaude se donne pour mission de perpétuer la tradition et l’ esprit des lieux.

La “Fontaine d’ Or” remise aux hôtes de marque et à ceux qui ont aidé l’ abbaye à un titre éminent, symbolise la source de Font-caude auprès de laquelle vinrent s’ établir les fondateurs du monastère en 1154. Avec son eau, on procède à l’ ablution des mains, selon l’ usage hospitalier des abbayes.

Le rite se complète par l’ offrande du baril de vin comme aux pèlerins de jadis, et l’ imposition sur le front de la pierrerie rouge telle que celle de l’ ancien trésor, en souhaitant qu’ elle révèle les mêmes propriétés... !

La Fontaine d’ Or est représentée par un pendentif de bronze qui reproduit la fontaine héraldique figurant sur les armoiries de l’ abbaye. Elle est portée par les récipiendaires, suspendue à une cravate mi-partie rouge et bleu, couleurs de l’ abbaye.

LE TONNELET DE FONTCAUDE

L’ absidiole nord de l’ église abbatiale est dédiée à Saint Laurent. Le culte de ce saint était particulièrement développé à Fontcaude. Le grand martyr venu de Huesca, en Espagne, pour devenir le diacre du pape Sixte II, avait subi le 10 août 258 le fameux supplice du gril. Sa popularité à Rome et dans toute la Chrétienté était immense.

La dévotion à Saint-Laurent fut introduite à Fontcaude par l’ Abbé Bernard (1180). Celui-ci venait de l’ abbaye de Combelongue (09420 RIMONT) dédiée au célèbre martyr.

L’ abbaye possédait une relique insigne de Saint Laurent : sa mâchoire inférieure. Cette relique échappa à l’ incendie de 1577, et était particulièrement vénérée par les populations des environs. Des guérisons lui étaient attribuées.

On sait d’ autre part, que les saints diacres (Laurent, Etienne, Vincent) ont toujours été invoqués comme protecteurs des vignerons, en raison sans doute de leur fonction pendant la messe, au cours de laquelle le diacre offrait en même temps que le prêtre le calice contenant le vin, figure du sang du Christ.

C’ est l’ abbé Bernard lui-même qui fit construire l’ absidiole nord de l’ église en l’ honneur de Saint Laurent. Sans doute y est-il inhumé. Or, l’ abbé Bernard fit en sorte que l’ un des corbeaux qui soutiennent la corniche extérieure de la chapelle représente un petit baril que l’ on voit toujours parfaitement.

Ce baril évoque donc ce saint protecteur de la viticulture, mais également il signifie l’ accueil que l’ abbaye offrait aux pèlerins de Saint-Jacques s’ arrêtant à Fontcaude, et que l’ on réconfortait en leur offrant un peu de vin pour les aider à poursuivre leur route. L’ un des plus célèbres chapiteaux du cloître, aujourd'hui conservé dans le musée, représente les pèlerins agenouillés au pied de l’ apôtre, et arborant le fameux baril accroché à leur ceinture.